Non classé
Edith Gauthier

COMMENT LA CONSCIENCE CRÉÉE LA MATIÈRE

COMMENT LA CONSCIENCE CRÉÉE LA MATIÈRE…

LE PRINCIPE DU QUANTIQUE, LE KARMA ET LES VIES ANTÉRIEURES

QUE SOMMES-NOUS, QUI SOMMES -NOUS ?

La mécanique quantique dans son concept influence tout aussi bien le mode macrocosmique, dont nous sommes, et le microcosme, l’invisible « de l’infini petit à l’infiniment grand », tout subit l’influence de tout, « ce qui est en haut est comme ce qui est en bas ».

Le principe quantique est lié à « l’indétermination », rien n’est pré établi à l’avance. L’Onde universelle qui nous entoure et fait partie intégrante de tout, contient en elle tous les potentiels à expérimenter ou à développer. Nous avons en nous tous les potentiels, qui selon notre pensée, nos talents,notre stress, nos peurs ou nos espoirs, vont se réaliser.

Tous les possibles sont inscrits en tant que potentiels au sein de l’onde qui nous habite et nous entoure. C’est l’observation qui va créer la réalité de ce que nous allons observer.

Dès qu’une conscience observe un « possible » contenu dans l’onde, une particule de matière (électron) ou de lumière (photon) se matérialise là où s’est portée l’attention. Tant que l’onde n’est pas observée, elle demeure onde et ne se transforme pas en particule, elle reste un potentiel.

Nous l’observons facilement au niveau microscopique, mais au niveau macroscopique c’est un peu différent, et réservé aux initiés au taux vibratoire élevé.

Cette création est réservée à notre propre corps qui la limite. Nous faisons des examens ou des contrôles sans raison valable, alors nous allons potentialiser ce que nous envisageons comme possible, et au premier choc émotionnel, la peur, la réalité du potentiel risque de se matérialiser.

Toutes les pensées que nous émettons se répandent dans la pensée collective : l’égrégore et ainsi touchent les humains, les animaux, les végétaux, les minéraux. Le processus commence dans l’invisible, le subtil, c’est à dire la pensée, le psychisme va toucher l’infiniment petit avant de toucher l’infiniment grand.

Tant que notre conscience reste imprégnée des programmes matriciels limités, nous ne pouvons matérialiser ce que nous souhaitons immédiatement, puisque nous sommes alignés sur une conscience qui rend cela impossible. Mais dès que notre conscience s’unifie avec la Matrice, la Conscience universelle, qui est génératrice de l’onde, de la Source, elle devient UN avec elle et peut matérialiser la chose perçue, dans le ici et maintenant.

Jésus avait développé cette capacité d’unir sa psyché avec la Psyché Source, il pouvait matérialiser ce qu’il souhaitait ; cette capacité a été développé aussi par Saï Baba (lire aussi La Vie des Maitres de Baird Spalding).

Mais comment la conscience créé la matière ? Si l’observation transforme l’onde en particule, d’après les expériences faites en laboratoire, il en découle que c’est l’observateur c’est-à-dire la conscience qui créé la matière.

C’est donc l’observation qui modifie l’expérience. Dès qu’une Conscience observe une onde lumineuse, celle si se transforme en particules.

L’onde émanant de la Source porte en elle tous les « possibles » et dès que notre Conscience observe celle-ci en un endroit particulier, elle se transforme en particules visibles (nous, les animaux, végétaux, minéraux, le cosmos). Tant qu’une chose n’est pas observée, elle reste en potentiel dans l’onde, la conscience elle, en détient l’information.

Notre Soi conscience contient en lui tous les potentiels relatifs à son « programme »et aussi tous les programmes de la Source et c’est de cette façon que notre corps physique s’est matérialisé à l’endroit précis où notre Soi conscience l’a observé et sous la forme correspondant à l’expérience que nous avons à vivre.

L’univers n’existe que parce qu’il est observé. Il n’y a pas un seul univers déterminé et extérieur à nous, mais autant d’Univers que de Consciences observatrices. Aucun Univers ne ressemble à un autre. Chacun de nous expérimente l’Univers tel qu’il le perçoit.

Nous sommes ce que nous pensons être !

L’intellect et la conscience du « Moi » sont les outils qu’utilise notre Soi pour expérimenter ce qu’il a choisi.

Dès que nous observons quelque chose, c’est la vision (l’émotion qui y est reliée) que nous avons de celle-ci qui détermine ce que nous allons vivre. Notre Conscience va transformer l’onde de probabilité en particules de matière.

Tant que notre « Moi » reste influencé par l’onde de conscience collective matricielle nous ne voyons et percevons que les choses « possibles » inscrites en celle-ci en « potentiel »et ainsi notre existence est celle que nous créons. Notre corps physique se modèle selon l’image qu’on a de lui.

Dès que notre « Moi » est en unité avec notre Soi, nous disposons alors d’une autre probabilité, nous pouvons modifier non seulement la matière constitutive de notre corps, mais aussi de tout ce que nous observons.

Il suffit de porter notre attention sur les symptômes possibles d’une maladie dont on a entendu parler, pour que par ce biais nous reconnaissions que celle-ci est réelle et que nous transformons l’onde contenant le concept en réalité corpusculaire. Notre conscience va alors créer un état vibratoire cellulaire apte à expérimenter cette maladie.

Tout ce que nous observons et contemplons devient partie intégrante de notre expérience. Ceci concerne tous les domaines : physique, mental, émotionnel, relationnel.

« Quand un électron est observé il se transforme en particule de matière (visible), quand il n’est pas observé il reste une onde (invisible) ».

Nous sommes dans la dualité et croyons que tout est indépendant de nous, alors que tout est interdépendant. Nous sommes l’Univers tels que nous le conceptualisons, il n’existe aucune réalité indépendante de l’observation. Si le Soleil et la Lune n’étaient pas observés par une conscience, ils n’existeraient pas à nos yeux.

C’est par notre conscience que nous co-créons notre réalité. Dès que nous portons notre attention sur une probabilité nous transformons l’onde de probabilité en particule de matière. Dans notre réalité matricielle chacun de nous expérimente les choses telles qu’il les voit. Celui qui croit aux anges, aux fantômes, aux Archanges, aux autres mondes, les verra ! De même pour le monde du bas-astral, notre vision créera notre réalité. Notre « point de vue » en ce sens est vital pour nous, et notre bonheur ou notre malheur, nous ne le devons qu’à nous.

Si nous croyons pouvoir être contaminé par un virus, nous créons cette possibilité (le potentiel). Notre cerveau créé le circuit synaptique adéquat et notre conscience transforme le concept-onde en réalité (particule de maladie). Rien n’est donc prédéfini tout n’est qu’incertitude et chacun de nous crée ce qu’il pense être vrai.

De la même façon, Le karma et les vies antérieures sont nos créations. Nous sommes issus de la Matrice, de l’Unité, dont nous sommes un hologramme, c’est-à-dire 1% de la réalité, le reste étant 99% de Conscience, qui ne vit que dans le présent qui peut se manifester par simple projection d’elle-même en une forme temporelle dans un Univers choisi.

N’étant pas limité elle peut se multiplier dans un nombre infini d’univers possibles. Le « Moi » que nous sommes en cette matrice, suit l’une de ses projections parmi d’autres.

Il existe une multitude de mondes parallèles dans notre mémoire-matrice cellulaire, et chaque « monde » auquel nous avons tous accès, contient une partie de l’Histoire du monde : Moyen Age, Egypte, Perse, Gaule, etc. Et une partie de notre Soi peut exister en chacun de ces mondes, en ce moment. Notre Soi va tout pouvoir vivre en même temps. Toutes nos vies « antérieures » se vivent en même temps, dans le ici et maintenant.

j’existe actuellement en tant que « Moi » incarné au 21° siècle mais d’autres « Moi » expérimentent d’autres réalités dans d’autres espaces temps, ou sur un autre endroit du globe.

Le danger serait d’y avoir accès sans conscience, car la phylogenèse pourrait être porteuse de problèmes que l’on risque de ramener dans le ici et maintenant, alourdissant inutilement notre karma, alors que ce n’est pas ou plus notre histoire.

Je ramène l’information de mon rêve ou ma vision, dans mon quotidien, et dans la journée quelque chose, un livre, ou une rencontre me met en résonance avec cette énergie cette histoire, cela va raviver le souvenir enregistré. Je ressens alors une émotion et je pense que j’ai vécu une histoire particulière dans une vie passée et que je dois réparer (payer !) mes « fautes » passées.

Je vais alors m’identifier à cette personne du passé, mon cerveau enregistrera l’information et va projeter des scénarios dans ma vie qui vont me confirmer cela. À chaque fois que je ressentirais cette illusion de souffrance liée à cette vie antérieure, mon cerveau l’enregistrera comme vérité, jusqu’au jour où un événement extérieur pourrait m’amener à vivre une situation identique que mon cerveau identifiera comme résultant de mon karma antérieur.

C’est ainsi qu’on se charge de fardeaux totalement inutiles puisque ces karmas ne nous concernent pas directement mais ce « Moi» de cet autre vie.

Mais heureusement, à l’instar des mauvais rêves, dans lesquels nous pouvons retourner, nous pourrons changer le scénario à tout moment par visualisation, et le « corriger » en une vie antérieure merveilleuse ou idyllique, afin de ne pas ramener ici des crasses énergétiques ou un karma qui ne nous appartient pas, mais celui ou celle de la personne du rêve ou de la vision.

Mais pourquoi et comment ?

Notre passage dans ce scénario de vie antérieure n’aura servi qu’à influencer notre mode de vie, inutilement ou non. Il est possible aussi que nous ayons pu avoir accès au souvenir d’une autre personne, que nous nous sommes appropriés par erreur, alors ce sera un faux souvenir que notre cerveau va enregistrer.

Notre Soi expérimente toutes nos vies antérieures en même temps, dans l’instant présent. Nos vies antérieures ne sont que des « autres extensions de notre Soi » dans des mondes parallèles qui normalement ne communiquent pas les uns avec les autres, sauf lors de nos voyages astraux, ou des états modifiés de conscience, de transes.

Mais alors, me direz-vous : les transes chamaniques pour chercher la guérison sont une illusion ?  Oui et non, le chamane à vraiment vu ce scénario, mais c’est son symbolisme qui est important, pas le support qui lui, correspond à son « vocabulaire personnel »

C’est le principe même de l’hologramme. Dès qu’une partie du tout accomplit un acte, le Tout est modifié ou informé.

Notre Soi vit dans l’omniprésence, dans l’ici et le maintenant, dans le présent immédiat et toutes ses incarnations dans le monde des formes se vivent en même temps. Lorsqu’un lien est établi entre une cause (vraie ou non) et un effet, cela modifie le présent et forcement le passé.

Nous vivons toutes nos vies antérieures en même temps, dans l’instant présent. Nos « moi » dits antérieurs (ce qu’on pense avoir été) vivent leur vie, dans leur monde et ce qu’ils vivent ne nous concerne pas !Il faut donc faire la part des choses, de ce qui nous handicape et de ce qui nous fait grandir.

Il importe donc de prendre Conscience que tout ce que l’on croit vrai peut être faux, du moins tant qu’on est influencé par les processus de l’inconscient collectif. C’est la raison pour laquelle notre vie actuelle peut être ponctuée d’épreuves.

Tout ce qui fait partie du monde « psy » est du domaine de l’onde (des possibles). La Psyché fait partie intégrante de l’onde matricielle et notre corps physique est une partie de notre psyché, de notre conscience en tant qu’amas de particules. C’est notre corps qui est dans notre conscience !

Là où se concentre notre conscience, l’onde se densifie, se condense et la matière apparait. Chacun va vivre dans le monde qu’il va observer et co-créer .

Le futur influençant le passé, en nous projetant dans le futur nous pourrons changer la cause liée au passé et donc notre présent…l’effet créant la cause, c’est l’induction (féminine) a contrario de la déduction… Il suffit donc de penser que ce que l’on vit dans ce présent ci, résulte d’une cause passée, pour que nous allions créer dans ce passé la cause générant l’effet que l’on subit maintenant, et cela peut être réversible !

Notre cerveau étant incapable de discernement et enregistre tout ce que l’on croit vrai et il croit vrai tout ce qu’il voit, comme des films, images etc…(c’est pour cela que l’on éloigne les enfants de certain spectacle ou Films) ainsi rien n’est véritablement fiable quant aux causes de nos vécus, et de notre vécu.

En fait, tout est impermanence, fluctuation, illusion. Nous jouons dans une pièce de théâtre dont nous créons le scénario et notre rôle au fur et à mesure que nous le jouons.

Mais…. « rien n’est important, il n’y a rien à comprendre, il n’y a pas de solution » (Professeur Aziz el Amrani)

Je livre les cachets d’aspirine personnellement, contre un café, sur demande sympa.

E.Gauthier- juin 2020.